AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 les joies de la colocation (charlie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keegan Brooks

avatar

Message : 17
Inscription : 28/12/2014
Pseudo + dc : dahlia
Célébrité : tyler posey
Crédits : Crick

Feuille de personnage
Contact list:

MessageSujet: les joies de la colocation (charlie)   Lun 29 Déc - 17:59

les joies de la colocation

ft. charlie et keegan


   
« where my demons hide. »
Ce n’est pas tous les jours qu’on se réveille à 11h, ce n’est pas non plus tous les jours qu’en se réveillant, on n’a l’impression que la journée sera belle et bien remplie. Disons que depuis quelque temps, ça ne m’est arrivé qu’une ou deux fois, en comptant celle-ci. Étrangement, ce n’est ni mon réveil, ni le fracas de Charlie, dans la chambre voisine qui m’a réveillé. C’est moi seul. Et moi qui ai l’habitude de me réveiller tôt, disons vers 7h, avec un cadran bien sûr. Je me souviens que lorsque j’étais chez mes parents, il y a bien longtemps, j’étais prêt à commencer mes journées à 6h30. Je sautais du lit, j’enfilais une paire de jean et un t-shirt, prenais ma caméra et partais à l’aventure dans la forêt près de chez moi. C’est le genre de choses qui me manque ici. Pas que je m’ennuie, mais je n’ai plus le plaisir d’aller dans la nature et filmer quelques plans. C’est comme si ma vie se résumait à : travailler, réfléchir à de nouvelles idées pour un éventuel peut-être film, travailler et dormir. Bref, une vie passionnante. Moi qui croyais qu’après mes études, je réaliserais un film, écrit par moi et je deviendrais riche et célèbre. Évidemment que c’est impossible. On ne devient pas riche et célèbre à 22 ans, ni même à 24 ans. Même quand on y met les efforts.

   Je pourrais rester au lit pendant des heures, en ce moment. Je ne fais que penser. Et trop penser, ce n’est pas bien, du moins c’est ce qu’un spécialiste a dit dans un reportage l’autre soir. Il est peut-être temps de sortir du lit. Je n’entends aucun bruit, Charlie doit être partie dans un endroit mystérieux, je dis bien mystérieux car je ne sais jamais où elle va. Ou alors elle dort. Je m’habille, au cas où elle serait là. Elle est bien là, assise tranquille sur le divan, encore un livre à la main. « Bon matin, coloc. C’est un nouveau livre? » Oui, parce qu’il nous arrive de se parler comme deux personnes normales. Je me sers le restant de café qu’il reste dans la cafetière, il est tiède, mais buvable. Je m’assois à la table et alors qu’elle lit son livre, moi je lis le journal. Je pourrais aussi bien aller chercher mon cahier, mais je ne sens pas l’inspiration ce matin.
   

   

code by ORICYA.


_________________
let a sky comes falling down
on se taquine, on se déteste, on rigole mais en fait on s'aime bien -byendlesslove


Dernière édition par Keegan Brooks le Sam 3 Jan - 3:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Martin

avatar

Message : 13
Inscription : 28/12/2014
Pseudo + dc : spf (mary) + aucun dc
Célébrité : ashley benson.
Crédits : foxes pour l'avatar.

MessageSujet: Re: les joies de la colocation (charlie)   Mar 30 Déc - 3:30




keegan&charlieles joies de la colocation.

Elle était complètement perdue, dans cet univers parallèle qu'était les romans. Le temps s'écoulait alors qu'elle ne l'avait vu passer. Alors que ses yeux dévoraient chaque mots inscrits sur les pages blanches, elle n'attendait qu'à peine les pas qui se dirigeaient dans la cuisine de l'appartement. Ce fut cette voix, si familière, qui la fit sortir de son monde. Elle revenait sur terre, et se retournait vers son coloc qui visiblement venait tout juste de se lever et d'un bon pied. C'était tout de même assez positif pour elle, Charlie n'avait donc pas à se plaindre. Un sourire se glissa d'ailleurs sur ses fines lèvres avant qu'elle ne prononce gentiment - du moins, à sa manière - : « Toutes mes salutations, monsieur je me lève à... » Elle marque une courte pause pour regarder l'heure à laquelle son colocataire venait de se lever. « 11h.03. Alors comme ça tu t'intéresses à ce que je lis ? » Une question en guise de réponse, c'était bien elle. Elle avait pris cette mauvaise habitude depuis son arrivée à Bristol. Et dans son cas, lorsqu'elle prenait habitude à faire quelque chose, elle avait du mal à s'en défaire. « En effet, c'est bien un nouveau livre. Qui est captivant, d'ailleurs. » Elle prit son petit post-it qu'elle utilisait comme signet avant de l'insérer à l'intérieur du roman qu'elle lisait. Puis elle le déposa délicatement sur le sol avant de reporter son attention sur Keegan. « Permet-moi de te dire qu'il n'y a pas grand chose dans ce journal qui pourrait t'intéresser. J'y ai jeté un coup d'œil tout à l'heure, il n'y a pas grand chose. » Oui, car avant qu'elle ne se lance dans la lecture de son roman, elle avait feuilleté le journal. Contrairement à Keegan, elle s'était levée assez tôt, enfin comme à presque tous les jours. Ce qui lui avait laissé pas mal de temps seule puisqu'elle ne travaillait pas de la journée. Et même si elle avait pensé un très court instant à réveiller son colocataire, elle s'était ravisée, histoire de profiter d'un peu de temps en silence. Parce qu'une chose était sûre, que ce soit un ou l'autre, il y aurait bien quelqu'un qui allait parler. « Alors. T'as quelque chose de prévu aujourd'hui ? » Elle était un peu curieuse, c'est bien vrai. Mais en même temps, ça lui permettrait de voir comment elle organiserait sa journée. Car s'il avait l'intention de rester à l'appartement toute la journée, elle aurait besoin de sortir un peu, prendre congé, si elle peut le dire ainsi.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keegan Brooks

avatar

Message : 17
Inscription : 28/12/2014
Pseudo + dc : dahlia
Célébrité : tyler posey
Crédits : Crick

Feuille de personnage
Contact list:

MessageSujet: Re: les joies de la colocation (charlie)   Sam 3 Jan - 3:08

les joies de la colocation

ft. charlie et keegan


 
« where my demons hide. »
Pour tout vous dire, honnêtement, je n’avais jamais imaginé mon futur comme ça. Dans un appartement avec Charlie comme coloc. Avec une coloc tout court. Je ne m’imaginais jamais avec une coloc. Faut croire que dans ma tête de petit rêveur, je m’imaginais riche, ou presque. Ouais, jeune, je voulais être riche. Car la richesse voulait dire la réussite. Aujourd’hui, si je pensais encore pareil, je serais assez déçu. Heureusement que ma vision des choses à changer, sinon, la dépression serait au rendez-vous. Une chose est certain, j’étais différent d’aujourd’hui. Bon, j’avais la même passion pour les films et compagnie, mais on pourrait dire que je suis beaucoup plus réaliste. Les films que je me fais dans ma tête font plus de sens qu’avant. J’étais du genre à écrire des scénarios d’invasion de fourmis. Non, mais quand même. Quand on y pense, j’étais idiot. Ces scénarios n’avaient aucun sens, aucune émotion, aucun réalisme. Voilà pourquoi personne ne m’a encouragé. Pourtant, regardez-moi aujourd’hui. Toujours cette passion pour les films, toujours la même ambition. Je crois qu’on a tous une ambition, qu’on a depuis qu’on est tout petit. Ce rêve d’enfance qui refait surface des années plus tard. Nous avons tous une partie de nous qui rêve encore, une partie de nous qui souhaite que tel ou tel chose se réalise. Pour moi, ça a toujours été de faire un film, un film reconnu, un film aimé et connu. Regardez-moi aujourd’hui, j’ai encore ce rêve, peut-être irréaliste, mais on s’en fou.

  Quand je regarde Charlie, bien installée dans son banc, un roman dans les mains, je vois qu’elle est aussi dans son monde. Son monde des livres et moi y’a mon monde des films. Au fond, on est pareil, même si sur beaucoup de points, on est différents. C’est ce qui est plaisant avec Charlie, oui elle a ses défauts et ses caprices, mais qui n’en a pas? Elle est vrai, elle ne se prend pas pour quelqu’un d’autre, c’est ce qui est très rare de nos jours. « Bien sûr que je m’intéresse à ce que tu lis! Je me suis toujours intéressé, non? » Dis-je avec un petit ton de plaisanterie, car effectivement, elle a raison sur ce point : c’est bien rare que ce qu’elle lit m’intéresse. Mais bizarrement, ce matin, j’ai cet intérêt. Parfois, la vie est faite comme ça, il faut l’accepter! Alors que je m’installe pour une petite lecture matinale devant le journal, Charlie m’avertit qu’il n’y a pas grand-chose d’intéressant dedans. « Merci, ça m’a évité de perdre mon temps! » Dis-je en refermant le journal. Je me lève pour me faire des toasts lorsqu’elle me demande si j’ai quelque chose de prévu. « Rien à l’horaire aujourd’hui. Pourquoi? T’as envie qu’on aille quelque part? » Puis, je rajoute : « Ou bien que je sorte? » C’est bien rare qu’on fasse quelque chose en dehors de l’appartement, même que c’est encore jamais arrivé.
 

 

code by ORICYA.


_________________
let a sky comes falling down
on se taquine, on se déteste, on rigole mais en fait on s'aime bien -byendlesslove


Dernière édition par Keegan Brooks le Sam 3 Jan - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Martin

avatar

Message : 13
Inscription : 28/12/2014
Pseudo + dc : spf (mary) + aucun dc
Célébrité : ashley benson.
Crédits : foxes pour l'avatar.

MessageSujet: Re: les joies de la colocation (charlie)   Sam 3 Jan - 5:23




keegan&charlieles joies de la colocation.

Le petit commentaire qu'il avait émit la laissa quelque peu perplexe, mais cela ne l'empêcha papa d'ajouter, avec une voix étonnamment très calme. « s'il y a bien une chose qui t'intéresse dans mes livres c'est qu'ils soient bien rangés. Le contenu par contre, je doute que ce soit au même niveau que le cerveau de monsieur. » Elle savait bien qu'il pourrait le prendre mal. Tout dépendant de la manière qu'il abordait les paroles de Charlie. S'il considérait les paroles comme étant dû au fait que son intelligence soit trop élevé pour le livre, son égaux serait certainement flatté. Mais si au contraire, il considéraient les paroles dans le sens opposé, il n'en serait pas vraiment ravi. Mais il pouvait bien le prendre comme il le désirait, Charlie n'avait dit ça que pour dire quelque chose. Pour combler un trou vide, pour ne pas cesser ainsi cette conversation qui ne partait presque -et le presque est très important - dans tous les sens. Un petit sourire se glissa sur les lèvres de la blonde alors qu'elle voyait son colocataire refermé le journal. « Oh, mais non, merci à toi de croire en mes talents de critiques littéraires. » Était-ce la fatigue qui la faisait parler ainsi ? Elle n'en savait rien. Mais ce qu'elle savait et ce qu'elle était bien certaine, c'est que ses phrases étaient dénuées de sens. Elle devait réellement considérer la possibilité de tout simplement arrêter de parler. Cela serait très certainement mieux pour elle, mais aussi pour Keegan qui visiblement devait supporter son manque de sommeil flagrant et sa grande gueule énervante. « Pourquoi te dirais-je ce don j'ai envie ? Je suis certaine que tu arriverais à trouver par toi même. » Ou, sa façon de se racheter. Charlie n'avait pas été très brillante en posant cette question. Elle avait presque ouvertement dit qu'elle ne disait pas le voir de toute la journée. Ce n'était pas complètement faux, parce que c'était vrai qu'elle n'avait pas réellement de se prendre la tête avec Keegan comme à presque tous les jours depuis qu'elle avait aménagé avec lui. Mais ce qui était tout de même assez fantastique avec cette question, c'est qu'elle pourrait par la suite voir l'opinion qu'il avait d'elle. Car peut-être que selon lui, elle n'était qu'une folle qui tente par tous les moyens de se débarrasser de son colocataire. « Et puis après m'avoir dit ce dont j'avais envie, dit moi ce dont toi, tu as envie. » Elle s'enfonçait certainement, mais elle était curieuse.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keegan Brooks

avatar

Message : 17
Inscription : 28/12/2014
Pseudo + dc : dahlia
Célébrité : tyler posey
Crédits : Crick

Feuille de personnage
Contact list:

MessageSujet: Re: les joies de la colocation (charlie)   Sam 3 Jan - 17:48

les joies de la colocation

ft. charlie et keegan


« where my demons hide. »
On dit qu’une fois réveillé, on est prêt à monter une montagne (c’est ce que j’ai lu dans le journal l’autre jour). Je ne sais pas pour vous, mais quand même que je serais très réveillé, genre qu’on m’aurait réveillé avec un saut d’eau glacé, bu un café, je n’aurais pas l’envie ni la force de monter une montagne du genre le Kilimandjaro. Pourtant, je suis en forme, beaucoup même. Mais il faut plus que de l’énergie pour monter ce genre de montagne. Il faut de l’entraînement. Maintenant, vous allez vous demander où est-ce que je m’en vais sur ce sujet. Je ne le sais pas moi-même. Preuve de ma fatigue. Même avec un café dans le corps, je ne serai jamais parfaitement réveillé. Je suis constamment fatigué, et je crois que c’est normal. Du moins, j’espère. Je m’installe sur une chaise et alors que je m’apprête à lire le journal, Charlie m’avertit qu’il n’y a pas grand-chose d’intéressant dedans. C’est bizarre quand même, ce matin nous avons des conversations normales. Comme des amis. Alors qu’à l’habitude, on s’envoie que des bêtises pour embêter l’autre. En même temps, c’est comme ça qu’on est habitué. Et c’est comme ça qu’on s’aime. Purement amical, quoi. Même qu’amis, ce serait y aller un peu fort. Mais je ne dirais pas connaissance, car connaissance c’est quand on sait seulement le nom de la personne et qu’on lui a parlé qu’une ou deux fois. Alors que Charlie, bien c’est ma coloc. Une coloc chiante parfois, mais je ne la changerais pour rien au monde. Ça par contre, je le garde pour moi.

Comme prévu, elle me lance le genre de réplique qu’on a l’habitude d’entendre. Décidément, c’était trop étrange pour être vrai (je ne vais quand même pas dire trop beau pour être vrai). « Vas-y, raconte-moi de quoi il parle ce livre. On verra si je suis assez intelligent pour le comprendre! » Je réponds sur la défensive, même si je garde un ton calme, je ne vais quand même pas m’emporter pour ça. Alors que je lui demande ce qu’elle a envie qu’on fasse de la journée, elle veut que je devine ce qu’elle veut faire. Honnêtement, je n’ai aucune idée. Mais je propose quand même un truc : « Laisse-moi deviner… tu voudrais qu’on aille courir les librairies à la recherche des meilleurs romans à lire? » Je lui dis sur un ton de plaisanterie. Puis elle me demande ce dont j’ai envie moi. « Tu n’as qu’à deviner, on verra si tu me connais bien? » j’ajoute un clin d’œil. Est-ce bizarre? Non, pas du tout voyons.

code by ORICYA.


_________________
let a sky comes falling down
on se taquine, on se déteste, on rigole mais en fait on s'aime bien -byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les joies de la colocation (charlie)   

Revenir en haut Aller en bas
 

les joies de la colocation (charlie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Charlie sur le bucher
» droit de reponse a O.Buisson dasn Charlie Hebdo
» Dusty Men - Saule featuring Charlie Winston
» JE NE SUIS PAS CHARLIE
» Attentat à Paris à Charlie Hebdo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAISER FROM BRISTOL :: BRISTOL, ENGLAND (UK) :: Ashford Terrace-